Lors de son deuxième voyage, Jacques Cartier a été fasciné par les spectaculaires rapides de Lachine que l’on peut observer de la rive du parc des Rapides. Vous pouvez marcher le long d’un sentier d’interprétation qui relate l’histoire de l’endroit et celle de l’ancienne centrale hydroélectrique. Un refuge d’oiseaux permet aux amateurs d’ornithologie d’observer plus de 225 espèces d’oiseaux migrateurs ainsi que la plus grande colonie de hérons au Québec. En hiver, les canards s’approprient le territoire. En été, on peut y voir les kayakistes et les rafteurs défier les rapides. Les pêcheurs y trouvent également leur compte.

Address

Telephone: